Particules fines, pollution à Séoul, quoi en penser ?

Premier article que je vois avant mon départ à Séoul : pollution et particules fines. Ce n’est bien sûr pas très rassurant mais je passe vite fait outre car je dois m’envoler pour la ville de mes rêves.

En voyant ces mots « pollution », « particules fines », je ne pensais à rien de bien grave, surtout que j’avais vécu en Inde à New Delhi, une ville aussi très polluée.

Première alerte contre la pollution

Mon amie qui m’offre le gîte pendant mon séjour me prévient qu’il faut que je mettes un masque car la pollution est importante dans la capitale. J’étais dehors pendant un moment à galérer à trouver l’adresse où je devais vivre et je ne sentais pas la pollution dont tout le monde parlait. Je respirais plutôt bien.

Deuxième alerte contre les particules fines

Après un appel, mon amie me dit qu’une personne est morte en Chine à cause de cette même pollution que l’on a ici à Séoul. Ok, là je ne rigole plus et je porte le masque qu’elle m’a gentiment offert. On ne soucie plus du look H1N1N et je porte ce maudit masque blanc afin de survivre.

Troisième alerte contre cet air pollué

La nuit, je me mets à tousser avec la gorge irritée. Et oui, je n’avais pas pensé que l’air que je respire à l’intérieur de l’appartement était bien sûr l’air du dehors. Donc maintenant je porte un masque la nuit également. Comment vous dire que je pensais que j’allais suffoqué avant que la pollution ne me tue ? Mais heureusement je m’y suis habituée. Il m’arrive de l’enlever à l’intérieur des cafés mais je continue à tousser. Pour l’instant je prends des bonbons pour la gorge en espérant que ma toux n’a rien avoir avec la pollution tueuse.

 

Auteur de l’article : Marieme H.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *